Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Titre: L'Aube d'un privé Privé3

Auteur: Dominique Edler

Editeur: Le Pythagore

www.lepythagore.com

 

Quatrième de couverture 

Le trafiquant Han Verstraat a été arrêté. Son procès s'ouvre à Troyes et Didier Rouque est convoqué au tribunal pour témoigner à charge. Mais le matin de son arrivée, il apprend que Verstraat a été retrouvé mort dans sa cellule. L'après-midi même, il échappe de peu à un attentat. Il aura 5 jours pour essayer de sauver sa peau et comprendre qui tire les ficelles.

 

 

1

 

 Troyes, Quartier de la Cathédrale, 9 heures

          La rue de la Cité était pratiquement déserte. Les rares consommateurs qui avaient eu la témérité de braver les timides rayons de ce soleil de ce mois de février en squattant les quelques tables installées sur la terrasse du Rive Gauche Café bavardaient frileusement devant une tasse de thé ou de café. Dans quelques semaines, les touristes commenceraient à envahir les vieilles rues de la ville, mais pour le moment, la capitale historique de la Champagne se remettait doucement des rigueurs de l'hiver.

          Terray Douglas déboucha de la rue Simart, emprunta la rue de la Cité sur quelques mètres avant de garer sa voiture sur la place Saint Pierre. Il coupa le moteur et se laissa aller contre le dossier de son siège, épuisé. Ces dernières semaines, chacun de ses mouvements se transformait presque à chaque fois en un véritable calvaire. Malgré le confort irréprochable de sa Subaru, ses déplacements devenaient de plus en plus laborieux, un simple voyage d'une centaine de kilomètres représentait pour lui une véritable expédition himalayenne.

          Devant lui, quelques véhicules descendaient en cahotant sur les pavés de la rue en sens unique menant au centre ville. A sa droite s'élevaient la haute façade de la Cathédrale Saint Pierre et Saint Paul et ses trois portes en ogive. Chose assez curieuse, cet édifice religieux ne comportait d'une seule tour carrée à gauche, ce qui lui donnait un aspect étrangement bancal et une impression d'inachevé. En d'autre circonstance, il s'en serait étonné, mais il n'était pas là pour faire du tourisme…

          Les vitres teintées lui permettaient d'observer les consommateurs en toute quiétude. Il eut vite fait de repérer le type moustachu d'une maigreur extrême, à la couperose triomphante et au cheveu rare. Il était assis légèrement à l'écart, et en guise de café, il sirotait son Ricard à petites gorgées, avachi dans un fauteuil de matière plastique verte. Douglas eut une grimace de réprobation.

          A neuf heures du matin… Encore un pour qui l'alcool constitue le principal composant de son bol alimentaire…

          Cet abruti arborait une cigarette mal roulée au coin de la bouche et surveillait soupçonneusement le passage du moindre véhicule et il n'avait même pas songé à se débarrasser de sa veste d'uniforme. Douglas poussa un soupir, pour la discrétion, on aurait sûrement pu trouver mieux…

          Il ouvrit la portière et quitta sa voiture en réprimant une grimace de douleur. Saleté de maladie

 

Partager cette page

Repost 0